Japan - Art Contemporain

Edition japonaise sur l'art contemporain: "Tsukuribito" présentée en langue française par le directeur de publication au Japon, Alain Micaud


 
 

13096 - Tsukuribito numéro6 / septembre 2012

Tsukuribito006

Tsukuribito006b




Distribué dans les musées, et cela sur tout le Japon, Tsukuribito
est le premier mensuel gratuit sur l'art contemporain japonais. 
Ce mensuel est publié par la société d'édition Japannation.jp
http://www.japannation.jp/

Nous vous offrons ici la version en langue française de Tsukuribito, présentée par Alain Micaud, directeur de la publication au Japon, avec le support linguistique et culturel de Madame Akemi Matsui.


WebSite
http://www.alainmicaud.net/


13095 - sans titre

Michiko Hirata


Auteur
Michiko Hirata


Présentation (standard japonais)
Burner Kraft
Date de réalisation non précisée


Critique par Alain Micaud
Technique de plus de cinq mille ans, que l’on découvre en Mésopotamie, puis, beaucoup plus tard, grâce au navigateur Marco Polo, que l’on retrouve à Venise et qui envahira peu à peu le monde entier, le « Glass Beadmaking », longtemps considéré comme un art mineur et décoratif, gagne progressivement ses galons d’art, à part entière, et cela grâce à des artistes comme Michiko Hirata qui participent à son ascension régulière.
Il s’agit, vous l’aurez compris d’un travail de sculpture sur verre, qui grâce à la chaleur, devient malléable à souhait. Jeux d’enfants diront certains… Mais l’art lui-même n’est-il pas un jeu pour les grands enfants que nous sommes tous? Et ainsi, au quotidien, Michiko Hirata réalise ses petites fleurs de différentes couleurs qu’elle enfilera tel un collier de perles avant de les disposer sur sa lampe de rêve.
Dit également « Burner Kraft » la réalisation de décoration de lampes avec des tiges en verre comme ici, ou la fabrication de broches ou de colliers, entre autres, permet à l’artiste de se détendre et de s’apaiser. Ainsi, Michiko Hirata, avec chacune de ses œuvres, nous offre un petit coin de son cœur et de ses rêves. Qu’y a-t-il de plus heureux que de s’approcher de l’intimité d’artistes purs et sincères? Merci à vous et merci de continuer à nous ouvrir votre cœur!



Informations 
Sans commentaire. 


WebSite
http://www.alainmicaud.net/

13094 - Poissons frétillants

Yoshiro Sawa


Auteur
Yoshiro Sawa


Présentation (standard japonais)
Arts mécaniques en bois
Date de réalisation non précisée


Critique par Alain Micaud
Tous les jouets ne sont pas systématiquement destinés au jeu. Certains peuvent être des pièces de collection ou encore des œuvres d’art. Et si les premiers jouets fabriqués remontent à des milliers d’années, les enfants égyptiens jouaient déjà avec des poupées qui avaient des perruques et des membres en pierre, en céramique ou en bois. Ici, l’artiste Yoshiro Sawa nous présente ses sculptures en bois, organisées en art mécanique!
Parfois doux et parfois frétillants et chaotiques, les mouvements des poissons varient selon la rotation qu’on leur fait effectuer, donnant ainsi l’impression qu’ils sont absolument bien vivants. L’ingéniosité de l’artiste donne à cette œuvre un charme et une poésie qui intrigue et qui amuse autant les petits que les grands.
On aurait presque tendance à en oublier la beauté de la sculpture. Et pourtant c’est le point de départ de cette réalisation où la mise en scène conjugue les arts plastiques et la mécanique avec une réussite parfaite. Tout le talent plasticien, l’humour, le goût du jeu, et bien-sûr, l’intelligence de Yoshiro Sawa sont réunis sous nos yeux. Inattendu, et si vous en avez la chance, spectacle à ne pas manquer!...



Informations 
Sans commentaire. 


WebSite
http://www.alainmicaud.net/

13093 - Cité empourprée au soleil couchant

Shoji Yonekubo


Auteur
Shoji Yonekubo


Présentation (standard japonais)
Photo
Date de réalisation non précisée


Critique par Alain Micaud
Non, nous ne sommes pas dans l’atelier du peintre avec sa palette aux mille reflets et aux innombrables nuances. Vous l’aviez deviné, il s’agit bien d’une photographie aux merveilleuses couleurs en cet instant précis où le soleil couchant empourpre la nature de son voile mystérieux et où la lumière nous raconte alors des histoires fantastiques. Cliché extraordinaire que nous devons à l’artiste photographe Shoji Yonekubo.
Paysagiste, il dessine des jardins comme on compose des décors de théâtre. La rencontre avec la photographie, c’est d’abord une approche professionnelle, une mise en mémoire, avant de devenir beaucoup plus que cela, encore. Séduit par les paysages qui l’entourent, peu à peu l’appareil photo devient l’ami indispensable avec lequel l’artiste va aller à la recherche de la perfection.
Cette exigence envers lui-même, il la doit à la beauté absolue des paysages de la région de Shinshu, à ces montagnes « les Alpes du Nord », et à Hotaka*, qu’il photographie sans se lasser. Transmettre, communiquer, montrer aux yeux de tous la splendeur de sa région: voilà l’objectif de l’artiste. Monsieur Shoji Yonekubo, vous nous avez convaincu! Continuez, offrez-nous encore et encore des spectacles grandioses!



Informations
*Hotaka: le Mont Hotaka, 3ème mont le plus élevé du Japon après le Mont Fuji  et le Mont Kita, fait partie des 100 montagnes célèbres du Japon. Il se situe entre les villes de Takayama et de Matsumoto.

WebSite
http://www.alainmicaud.net/

13092 - Départ

Kiyomi Takeshita


Auteur
Kiyomi Takeshita


Présentation (standard japonais)
Photo
Date de réalisation non précisée


Critique par Alain Micaud
Elégance, noblesse et courage, autant de symboles qui entourent cet oiseau légendaire aux plumes blanches dont on dit qu’elles atteignent allègrement le nombre de 25.000 chez l’adulte. Et surtout la dramatique de son sifflement dit « le chant du cygne », où détresse et fierté sont réunis pour un ultime hommage. Kiyomi Takeshita, artiste photographe nous parle de son admiration autant que de son amour pour ces oiseaux de parade.
D’abord charmée par les canards mandarins, la photographe s’attache peu à peu à l’ensemble des oiseaux sauvages et tente de s’approcher progressivement de leur intimité. Puis, comme ici, c’est la relation entre les animaux qui la subjugue. Elle nous donne, ainsi, à voir le lien affectif qui relie la mère et son petit qu’elle est en train d’éduquer.
Le contraste du fond marin et de la robe blanche des cygnes participent à la beauté du cliché en lui-même. Les reflets de lumière et les éclats d’eau viennent sculpter la scène d’une fraicheur et d’une intelligence rare. Et nous, la race humaine, qui nous croyons très souvent supérieurs, sommes bien obligés de constater, une fois encore, que si nous n’avons pas le monopole des sentiments, nous n’avons pas, non plus, le monopole de cette intelligence! Kiyomi Takeshita nous a ouvert les yeux, merci encore!



Informations
Sans commentaire.

WebSite
http://www.alainmicaud.net/

«  | Accueil |  »

Profil

Alain Micaud

Alain Micaud
http://www.alainmicaud.net/



 

Derniers articles



Counter