Japan - Art Contemporain

Edition japonaise sur l'art contemporain: "Tsukuribito" présentée en langue française par le directeur de publication au Japon, Alain Micaud


 
 

13070 - L’envol

Junko Kuroki



Auteur
Junko Kuroki

Présentation (standard japonais)
Patchwork  
Date de réalisation non précisée

Critique par Alain Micaud
Si le parapente, dérivé du parachute, permet la pratique du vol libre, il ne s’agit, ici, que d'un prétexte. En effets les 2 parapentes, au-dessus du sol, n’existent que pour nous renvoyer à l’océan et à l’infinie liberté de ses vents. Et c’est bien de ces énergies qui, généralement, ne se figurent pas, ou très mal, mais que l'on remarque pourtant si présentes, et dont Junko Kuroki, en grande artiste plasticienne, nous entretient avec brio.
Une palette des bleus pour un ciel qui joue avec la mer, nous rappelant le monde des estampes de la grande époque. Une construction géométrique à laquelle s’intègre le mouvement des nuages autant que des vagues. La terre, enfin, comme rampe de lancement pour ce spectacle de la nature.
Avec un sens de la composition particulièrement affiné, se détachant progressivement de la figuration, cette œuvre nous donne envie d’aller plus loin encore avec Junko Kuroki dont on aimerait tant voir se développer en elle le potentiel de l’abstraction dans son art. Tout est réuni chez cette artiste pour nous faire dépasser les limites de l’imaginaire. A suivre absolument!


Informations
Sans commentaire.


WebSite
http://www.alainmicaud.net/

13069 - Un enfant à la neige

Chiyo Masuko



Auteur
Chiyo Masuko

Présentation (standard japonais)
Poupée en papier washi*   
Date de réalisation non précisée

Critique par Alain Micaud
Il n’est pas si fréquent d’être en présence d’une création due à l’inventeur de la technique spécifiquement utilisée à la réalisation de l’œuvre qui se trouve devant nous. Eh bien, comme c’est un cas rarissime: profitons-en! L’artiste s’appelle Chiyo Masuko et fabrique ses poupées en papier washi blanc. Sachez encore, que les plus grands de ce monde sont en possession de son travail: du président de la république des Philippines à la princesse de Corée, sans oublier, bien-sûr, le prince d’Angleterre, qui lui a adressé ses remerciements. La liste serait encore longue, mais allons voir de plus près la création.
On part d’un fil de fer qui servira, en quelque sorte de squelette, et le corps sera constitué de papier enroulé autour de ce fil. Avec une alchimie de textures différentes des papiers, on obtiendra les formes espérées avant de passer à l’étape suivante: faire un look vestimentaire à la poupée. Et selon l’époque, le métier autant que la classe sociale on se lancera alors dans la recherche de style.
Une seule poupée par an, en moyenne, car au-delà de la recherche et de la conception, il faudra 5 à 6 mois pour réaliser ce petit personnage dont on va très vite oublier qu’il n’est pas tout à fait humain… Et comme ici, l’artiste perfectionne son travail avec, derrière, un décor fait main, en papier washi, bien entendu! Bravo Chiyo Masuko pour tout votre talent impressionnant et pour l’amour qui se dégage de vos œuvres.


Informations
*Papier washi: papier traditionnel japonais, fabriqué de façon artisanale depuis 1300 ans.

WebSite
http://www.alainmicaud.net/

13068 - Abat-jour fleurs de cerisiers

Kiyomi Morita



Auteur
Kiyomi Morita

Présentation (standard japonais)
Céramique   
Date de réalisation non précisée 

Critique par Alain Micaud
Parfois en bois, en paille ou en tissu pour certains, de formes carrées, cylindriques ou encore coniques pour d’autres, autant d’images diverses et agréables liées à la décoration d’intérieure pour les abat-jours dont nul ne saurait se passer pour personnaliser sa demeure. L’artiste Kiyomi Morita, nous propose, aujourd’hui, une autre vision de la lumière et une certaine façon d’en organiser sa diffusion.
Au lieu que l’abat-jour renferme et retienne la lumière afin de feutrer son effet, on l’utilise, comme ici, en tant que projecteur pour diffuser ses éclats lumineux sur les murs et au plafond comme un feu d’artifice à l’ambiance tout à fait intimiste. De cette façon, le jeu de la céramique, parfaitement hermétique à la lumière, opposé aux espaces ouverts qui laissent échapper leurs éclats: et nous voilà partis dans un monde des mille et une nuits.
Au-delà d’une très grande variété des formes et des couleurs, tout le charme de ce type de réalisations réside dans le graphisme des espaces ouverts. Cela peut être des fleurs de cerisier, comme pour l’œuvre présentée sur la photo, mais aussi des chrysanthèmes, des roses, des papillons, des feuilles d’érable, des étoiles, etc… Projections et déformations à l’infini pour tomber amoureux de la lumière et de ses ambiances comme dans un rêve où le talent de Kiyomi Morita, nous guide par enchantement!


Informations 
Sans commentaire. 


WebSite
http://www.alainmicaud.net/

13067 - Flamme sublimée

Shuho Yoshida


Auteur
Shuho Yoshida

Présentation (standard japonais)
Sculpture sur bambou  
Date de réalisation non précisée

Critique par Alain Micaud
Si la peinture du bambou est, dit on, d’abord un exercice spirituel, la sculpture de celui-ci est assurément un art. Plante de bon augure, on dit également de ce dernier qu’il a la faculté de chasser les mauvaises influences. Autant de bonnes raisons pour l’artiste Shuho Yoshida de laisser sa passion s’exprimer avec la réalisation de ses lampes en bambou sculpté.
Attiré par la lumière du bambou, lumière qu’il définit comme mystérieuse, l’artiste travaille depuis 10 ans en essayant de repousser les limites de ce mystère et en augmentant progressivement la profondeur de la sculpture. Ainsi en fonction de l’épaisseur, de la texture même du bois, la transparence qui en résulte, tel un tissu d’une extraordinaire délicatesse laissant filtrer le firmament, définit une palette de lumières colorées et scintillantes qui explosent à nos yeux. La graduation qui s’en dégage révèle l’épaisseur des paliers ainsi sculptés.
Et bien qu’il s’agisse de sculpture et non pas de peinture, ce mystère de la lumière qui se dégage des bois de bambou nous renvoie, malgré tout, à une réflexion quelque peu spirituelle. Et grâce à Shuho Yoshida, le processus est mis en route pour une recherche méthodique, mais surtout artistique, de la palette des couleurs du bois de bambou! Travail extraordinaire, entrepris par un artiste impressionnant et très éclairé!


Informations 
Sans commentaire. 


WebSite
http://www.alainmicaud.net/




13066 - Les petits enfant et le Kappa

Isamu Inada



Auteur
Isamu Inada

Présentation (standard japonais)
Sculpture sur bêton  
Date de réalisation non précisée

Critique par Alain Micaud
Mauvais génies des eaux, les Kappas, éventuellement sympathiques, mignons et, parfois même, bienveillants, n’en restent pas moins des diablotins réputés pour essayer d’attirer les humains et les chevaux dans l’eau, et même s’ils sont très polis, ils sont généralement méchants et pervers. Ce phénomène n’a, bien-sûr, pas échappé à l’artiste sculpteur Isamu Inada, qui les a figés, immobilisés de son talent, et cela pour la nuit des temps!
L’arme de l’artiste est le bêton dont il sait tirer une souplesse tout à fait particulière et remarquable avec cette gestuelle conflictuelle dont il a le secret de la mise en scène. Des situations où les personnages sont en déséquilibre permanent comme s’il s’agissait d’un arrêt sur image. Tout cela avec un dynamisme inattendu et surprenant, particulièrement lorsque l’on connait la matière utilisée.
Œuvre réalisée de main de maître avec des scénarios divers et variés, des scènes toujours renouvelées et une ligne conductrice rigoureusement inchangée: le Kappa ne passera pas! Et s’il appartient au monde du folklore, il appartient également à l’œuvre de cet artiste surdoué et intransigeant: Isamu Inada que l’on ne cesse d’admirer!


Informations
Sans commentaire.

WebSite
http://www.alainmicaud.net/

«  | Accueil |  »

Profil

Alain Micaud

Alain Micaud
http://www.alainmicaud.net/



 

Derniers articles



Counter